L’informatique au secours de l'optique

Est-ce que le traitement informatique peut améliorer la qualité des images?

En fait, c’est nécessaire parce que l’image brute obtenue par l’appareil est plutôt terne. Le processeur  de l’appareil photo fait donc un travail « d’embellissement » lorsqu’il transforme le fichier brut (RAW) en image compressée (fichier .jpg).

On peut faire soi-même cette étape de transformation en développant les photos à partir du fichier RAW. Ceci nous permet de réaliser la photographie telle que nous l’avons imaginée (tel que présenté dans mes précédentes chroniques).

Pour ce faire, on utilise des logiciels de traitement des photos (Lightroom, Polarr, RawTherapy, etc…). On manipule l’exposition, les blancs, les noirs, les contrastes, les micro-contrastes, la netteté, les contours, la saturation… Ça demande du temps et de la patience, vous en avez probablement fait l’expérience.


Voici une photo, obtenue en transformant simplement en format .jpg le fichier RAW fourni par l’appareil. J’ai utilisé le logiciel RawTherapy.  Il n’y a eu aucune retouche; c’est pour cette raison que la photo est terne:


En cliquant sur l’image, vous pouvez l’ouvrir dans une autre fenêtre, en haute résolution.


La même photo a subi une étape supplémentaire avant d’être convertie en .jpg: le fichier RAW a été traité avec le logiciel DxO Pure Raw* (toujours sans retouche):


Regardez attentivement les détails, particulièrement au centre, à l’endroit où la mise au point a été faite.


Conclusion?

Le traitement informatique de l’image par DxO Pure Raw a corrigé le vignetage, la distorsion de l’objectif, l’aberration chromatique… Elle a aussi amélioré les micro contrastes, la netteté et bien d’autres éléments…

Le logiciel DxO Pure Raw lit les métadonnées inscrites sur le fichier de la photo:

-Les paramètres provenant du boîtier (marque, modèle, ISO…);

-Les paramètres provenant de l’objectif (marque, modèle, focale, ouverture…).

Il puise dans sa banque de données les « correctifs » qu’il a déterminés comme idéaux pour cette situation et les applique.

Pour les fins de la démonstration, les photos n’ont pas été retouchées, pour ne mettre en évidence que l’effet de DxO Pure Raw.

En résumé, à partir du fichier brut de l’appareil, DxO Pure Raw produit un fichier brut .dng. « amélioré » qu’on travaille ensuite avec RawTherapy (ou autre logiciel semblable). J’ai donc fait le travail de retouche que RawTherapy me permet de faire finalement, j’ai converti la photo en .jpg.




L’utilisation de DxO Pure Raw devient particulièrement intéressante lorsque les photographies ont été prises en utilisant un ISO élevé, spécialement avec un appareil mal adapté à cette situation.

La photo suivante a été prise avec un Olympus E-PL1 (mis sur le marché en 2010), à 3200 ISO:


En cliquant sur l’image, vous pouvez ouvrir le fichier original dans une autre fenêtre et apprécier la qualité des détails.


Voici le résultat obtenu après le traitement de DxO Pure Raw:


Beatty (Nevada)

Nice place to stay!


*https://shop.dxo.com/fr/dxo-pureraw.html